Grand Than est une cadence, celle de la transformation d’un homme au travers de la musique et de la transe. Le premier temps est celui du rock psychédélique/progressif ( AntichoniqueHaosBe just be ), le second passe par le jazz ( Trio azurThe laptop cats), dérive sur des rythmes afro ( Yobo ), brésiliens ( Makadam ) et le troisième lui fait comprendre que toutes les musiques sont celle d’un même monde, qu’il n’aura de cesse d’explorer en accoustique

Les Frères Barezzi ), avec des machines ( Marlone 4.44 ), en dansant ( Daddy is a banci ). Tant de belles rencontres, de belles histoires qui amèneront Thanas à façonner cette être multiforme qu’est Grand Than. 

 

 

Nous somme en 2017. Une photo le marque, on y voit trois hommes

Brel, Brassens, Ferre.

Il écrit des mots, des phrases, de la poésie qui devient, avec sa guitare aux couleurs jazz et flamenco, des chansons. Il invente une machine fascinante qui les épice de nappes sonores empruntées à la House et de percussions flottantes qui nous rappelle l’atmosphère du guitariste Gabor Szabo. 

C’est alors que les paroles dansent, que la guitare chante, que le rythme harmonise et que le temps s’immobilise. 

 

Un long voyage dans un seul homme.